”A la rigueur, on peut poser quelques jalons, mais pour faire avancer des sujets compliqués, il vaut mieux attendre les législatives”, confirme Olivier Le Picard de Communication et Institutions.