Libération - 01 November 1991

“On prépare des projets d’amendements, on les fait cautionner par des juristes et on les donne aux parlementaires”. Le Picard ne se cache pas de disposer d’une trentaine de parlementaires avec qui il est “en liaison”.