Capital - 01 juin 1998

Pour se faire entendre à Bruxelles, les commissaires-priseurs se sont offerts les services de Communication & Institutions, un cabinet de lobbying parisien. « Nous avons présenté nos arguments à la Commission ainsi qu’à des dizaines de parlementaires ».